Espaces de travail

Les universités peuvent-elles devenir des propriétaires d’espaces de travail flexibles ?

Partager

09/06/2021

Une chose est sûre c'est qu'après plus d’un an de débat sur l’impact du Covid-19 sur le marché des bureaux, l’espace de travail flexible est susceptible d’être en demande accrue et la mise en place de nouveaux modèles de travail hybrides est plus que probable. Ce qui n'a pas été mentionné jusqu'à présent, c'est le rôle que les universités et les établissements d'enseignement supérieur pourraient jouer en fournissant et/ou en exploitant une partie de cet espace.

Les bureaux flexibles : une nouvelle tendance

L’utilisation d’espaces de travail flexibles était évidemment une tendance majeure avant le Covid-19. Les opérateurs de bureaux équipés de services tels que WeWork et IWG recherchaient activement les grandes entreprises en tant que clients, ce qui a conduit les propriétaires plus traditionnels à offrir également une partie de leurs espaces de bureaux sur une base flexible aux locataires. Pour les grandes entreprises, les espaces flexibles répondent à de nombreux défis qui ont précédé et émergé de la pandémie.

Si les universités elles-mêmes peuvent envisager de loger une partie de leur personnel dans ces espaces flexibles afin de refléter les nouvelles tendances de travail, la plus grande ouverture pour elles réside dans la possibilité de devenir elles-mêmes des propriétaires d’espaces de travail flexibles.

Lorsque ces bureaux sont sous-utilisés de manière permanente ou temporaire, en particulier en dehors des périodes de cours, leur location à court terme à des tiers peut apporter des revenus supplémentaires.

Universités : un nouvel espace de coworking ?

Il existe un certain nombre de solutions que les universités peuvent explorer pour offrir des espaces sur le marché, allant de la location à un opérateur d'espace de travail flexible à l'exploitation par elles-mêmes en tant qu’opérateur flexible. Dans ce dernier cas, il existe un nombre croissant d'entreprises qui "étiquettent" l'espace de manière à ce que l'université apparaisse comme le propriétaire final, mais qui se chargent de tous les aspects mécaniques de l'aménagement, de la location et de la gestion.

L'espace de travail flexible n'est pas seulement destiné aux bureaux, même si cela reste la majorité du marché pour le moment. Nous pensons également qu'il existe une opportunité pour les universités de fournir des espaces de projets sur une base flexible, car le secteur est actuellement très peu fourni, en particulier dans des endroits comme Paris.

Un autre avantage pour les universités, et pour tous les locataires qui choisissent d'occuper l'espace qu'elles pourraient fournir, concerne le partage des connaissances et la communauté. Historiquement, le secteur de l'enseignement supérieur a été à l'avant-garde de la fourniture d'espaces d'incubation sur les campus, les parcs scientifiques et de recherche à travers le monde. De nombreuses organisations du secteur privé apprécieraient la possibilité de travailler à proximité des étudiants et du personnel universitaire, et la possibilité de louer des espaces sur le campus où le partage d'idées pourrait être facilité serait une nouvelle option intéressante pour de nombreuses entreprises.

Certaines entreprises offrent déjà un tel espace sur leurs propres campus : Facebook, par exemple, offre un espace incubateur dans ses bureaux aux start-ups et aux innovateurs avec lesquels elles aimeraient travailler à l’avenir.

 

Vous êtes à la recherche d’un espace de travail ? N’hésitez pas à contacter nos experts Workthere pour obtenir plus d’informations ou programmer une visite.

Nous contacter